Les règles, parlons-en !

comment en parler à ses enfants ?

Pas question d’attendre que ses menstruations se profilent pour en parler…

Mais il convient d’adapter les mots que l’on utilise pour évoquer les règles avec sa fille, en fonction de son âge et des préoccupations qui lui sont propres, sans brûler les étapes ni l’infantiliser.

Aucun chiffre absolu n’est de mise en matière de règles menstruelles. Si certaines les verront apparaitre dès l’arrivée au collège, elles ne feront pas irruption pour d’autres avant qu’elles n’entrent en classe de troisième. En moyenne, les premières menstruations arrivent toutefois à 12,8 ans. Une réalité biologique qu’il a longtemps été de bon ton d’occulter parce « ça ne se disait pas ».
Aujourd’hui, ce tabou des cycles menstruels est heureusement en train de voler en éclats et le sujet a davantage sa place dans l’espace public, notamment sur les réseaux sociaux. Mais si les préadolescentes ou adolescentes sont bien plus averties que celles des générations précédentes, il est plus important que jamais d’entretenir le dialogue avec elles, afin de les aider à apprivoiser leur corps puis leur permettre de débuter leur sexualité sous de bons auspices.

Comment parler des règles à une enfant de 8 ans ? 10 ans ? 12 ans ? 14 ans ?


Il est essentiel d’aborder le sujet des règles avec nos filles à différents stades de leur vie, en adaptant notre discours à leur âge et à leurs préoccupations, tout en évitant de les infantiliser. Bien que les chiffres varient, les premières menstruations surviennent généralement vers l’âge de 12,8 ans. Il est donc important de briser le tabou qui entoure encore les cycles menstruels et d’encourager un dialogue ouvert à ce sujet.

Dès l’âge de 8 ans, nous pouvons expliquer à nos filles le processus de fécondation et de menstruation de manière simple et compréhensible. Il est crucial de leur faire comprendre que les règles sont normales et naturelles, et de les rassurer sur le fait que cela n’a rien de pathologique ou de sale.

Lorsque nos filles atteignent l’âge de 10 ans, elles commencent souvent à montrer des signes de puberté tels que le développement des seins et l’apparition des poils pubiens et des aisselles. À ce stade, il est important de les soutenir et de les rassurer en expliquant que ces changements physiologiques font partie du processus normal de devenir adulte et qu’ils conduiront aux premières règles dans quelques mois ou années. Nous pouvons également aborder avec elles les différentes options de protection hygiénique disponibles, telles que les culottes menstruelles, les serviettes hygiéniques, les tampons ou les coupes menstruelles.

L’année des 12 ans est souvent marquée par l’arrivée des premières règles. À ce moment-là, nous devons demander à nos filles quel type de protection périodique leur convient le mieux et nous assurer qu’elles savent où trouver les produits nécessaires à la maison, afin qu’elles ne soient jamais prises au dépourvu. Il peut également être utile de les encourager à tenir un petit calendrier pour anticiper leurs prochaines règles, même si les premiers cycles peuvent être irréguliers. Nous devons dédramatiser les petits accidents qui peuvent survenir occasionnellement, comme les fuites, en leur rappelant que tout le monde est passé par là, y compris leur maman. Si les règles s’accompagnent de douleurs, il est important de leur proposer de consulter un médecin ou un gynécologue bienveillant, car il existe des traitements adaptés pour soulager les règles douloureuses et l’endométriose.

En classe de 4ème, où les cours d’éducation sexuelle sont dispensés, nos adolescentes sont déjà réglées depuis un certain temps et sont bien informées sur le sujet des règles. Cependant, cela ne signifie pas que le thème des règles ne peut pas être discuté. Cela peut être une occasion de parler de la manière dont elles vivent et gèrent leurs règles, et d’aborder également le sujet de la sexualité. Il est essentiel de leur rappeler que la protection, notamment avec l’utilisation de préservatifs, est nécessaire à tout moment du cycle, y compris pendant les règles, pour se protéger des infections sexuellement transmissibles.


Et n’oublions pas d’inclure nos fils dans ces conversations, en les sensibilisant dès le primaire à respecter les filles et à ne pas se moquer d’elles en raison de leurs règles. Ensemble, créons une culture d’empathie et de respect autour des règles et des filles qui les ont.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *